Site icon Le Journal de l'Afrique

Tennis : la numéro 2 mondiale Ons Jabeur vise Wimbledon

Ons Jabeur

Ons Jabeur et Serena Williams, 21 juin 2022

La tenniswoman tunisienne et numéro 2 mondiale, Ons Jabeur, n’a pas fini d’étonner. Première Africaine à remporter le tournoi de Madrid en mai dernier, elle tentera, à Wimbledon, de dépasser son record, les quarts de finale du tournoi…

Surnommée « la ministre du bonheur » par ses compatriotes, Ons Jabeur a raflé tous les records de tennis féminin en Tunisie, en Afrique et dans la région Mena. Les Tunisiens l’ont connue au moment où elle avait remporté Roland-Garros junior, en 2011. L’année d’après, elle intégrait l’Association des joueuses de tennis (WTA). Depuis ce lundi, elle en est la numéro 2 mondiale.

Ce mercredi, Ons Jabeur s’est remise de sa brutale élimination au premier tour du dernier Roland-Garros. Elle se trouve jusqu’au 10 juillet à Londres, où elle dispute le tournoi de Wimbledon. Ce mercredi 29 juin, elle s’est qualifiée avec brio (6-4, 6-0) au troisième tour, où elle affrontera la Française Diane Parry. Ons Jabeur est l’une des favorites du tournoi. Si elle remporte Wimbledon, elle prendra une avance confortable dans le classement WTA, et pourra même tenter de ravir la première place mondiale à la Polonaise Iga Świątek.

Si la défaite d’Ons Jabeur au dernier Roland-Garros est due en grande partie à la fatigue et au stress d’avoir enchaîné trop de tournois, la Tunisienne arrive à Wimbledon préparée. Elle aurait reçu des conseils de sa partenaire en double à Eastbourne, sparring-partner préférée, et 7 fois championne de Wimbledon : Serena Williams.

Et ça se voit, en deux matches, Ons Jabeur n’a perdu que huit jeux. Quant à son adversaire de ce mercredi, Katarzyna Kawa, l’affaire était bouclée en moins d’une heure.

Ons Jabeur plus déterminée que jamais

L’année dernière, à Wimbledon justement, Ons Jabeur avait enregistré ses meilleurs résultats à la WTA, et atteint les quarts de finale avant de s’incliner. Mais depuis, Jabeur a pris de la bouteille, remportant Madrid et Berlin. Elle a également atteint la finale de Charleston et de Rome, où la première mondiale Iga Świątek l’a emporté.

Mais la tenniswoman tunisienne compte bien avoir sa revanche. « Je ne ferai pas la même erreur deux fois », a-t-elle déclaré. Et de continuer : « J’espère que la prochaine étape sera le numéro un mondial. Ça va être difficile, mais pas impossible. Évidemment, Iga (Świątek) est un peu loin de nous maintenant… Je ferai de mon mieux pour la rattraper. (…) Le plus important, c’est que j’aie le niveau pour être la première. Je veux vraiment mériter cette place ».

On ne peut être plus claire. Ons Jabeur est ambitieuse, physiquement puissante et techniquement surprenante, surtout sur le gazon où ses amortis sont infaillibles.

Elle a aussi le mérite d’intéresser de plus en plus de Tunisiens au tennis, que certains regardent simplement pour suivre ses matches. Beaucoup se sont déplacés pour la regarder en direct d’ailleurs. Et elle le leur rend bien, insistant à ce que soit diffusée de la musique tunisienne pour célébrer ses victoires, et passant plus d’une heure parfois à signer des autographes avant de quitter le terrain.

Mais, surtout, c’est son sourire permanent qui lui a valu son surnom de « ministre du bonheur ».

Lire : Jeux Olympiques de Tokyo : quel bilan pour les équipes africaines ?

Quitter la version mobile