Site icon Le Journal de l'Afrique

Didier Raoult, l’ami de l’Afrique

Le virologue et infectiologue français, né à Dakar, Didier Raoult, a été au centre de l’actualité mondiale depuis le début de la pandémie. Cet électron libre de la communauté scientifique a brandi l’étendard de l’Afrique pendant des années, ce qui lui a valu beaucoup de critiques.

Le vilain petit canard de la recherche scientifique sur les maladies infectieuses, Didier Raoult, est un personnage très populaire mais aussi très polémique. Le chercheur prolifique est un mal-aimé en France, surtout au sein des hautes sphères politiques. Discrédité dans l’Hexagone, à cause de nombreuses études scientifiques qui ont remis en cause ses théories concernant la Covid-19, sans pour autant que les scientifiques soient certains de l’inefficacité de la chloroquine. Néanmoins, Raoult garde tout son prestige aux yeux des populations africaines et de ses dirigeants, pour sa brillance mais aussi pour ses prises de position socio-politiques.

Au Sénégal, un fils du pays

Au début du mois d’avril, lors d’une visite de travail au Sénégal, Didier Raoult a été décoré par le président Macky Sall. Il s’est vu octroyer une distinction rare et prestigieuse, l’Ordre national du Lion du Sénégal.

Au pays de la Téranga, le gouvernement a suivi en partie les recommandations de Raoult. Actuellement, le pays compte un taux de guérison des cas critiques de la Covid-19 estimé à 97 %. Le Sénégal est l’un des premiers pays au monde à avoir réouvert son espace aérien et l’un des premiers en Afrique à avoir commencé sa campagne de vaccination. Somme toute, le Sénégal se tient dans les 4 % des pays ayant le mieux géré la crise sanitaire.

Selon une étude de Foreign Policy, le Sénégal est le pays africain qui a le mieux traversé la crise à plusieurs égards. Au niveau du contrôle des frontières, du soutien financier aux citoyens, de la transparence de la communication et la politique des tests, Dakar se place devant la majorité des capitales occidentales dans le classement.

Au niveau du protocole de soin pour les cas vulnérables et à la proactivité des mesures sanitaires, le Sénégal est même devant la France, l’Espagne, l’Italie, les Etats-Unis etc. Il semblerait donc que le traitement par chloroquine, recommandé par Raoult, ait contribué à l’essor de la lutte contre le coronavirus au Sénégal. C’est pour cette raison, et d’autres inhérentes à ses positions pro-Afrique, qu’il a été décoré par le président sénégalais Macky Sall.

Le plus grand détracteur de Didier Raoult

Dans son pays de résidence, Didier Raoult est souvent critiqué. Les politiciens et certains « spécialistes » ne rechignent pas à calomnier ce lauréat du grand prix de l’Inserm et chercheur principal de l’institut MI. Les deux derniers ministres de la Santé français, Agnès Buzyn et Olivier Véran, ont éreinté Raoult à plusieurs reprises.

Mais si tant de personnes s’emportent contre Raoult, le traitant de charlatan, alors que certains n’ont jamais pratiqué la médecine et ne sont pas virologues, c’est car ils avaient eu la validation d’un certain Jérôme Salomon. Salomon était le porte-parole du ministère de la Santé français dès le début de la pandémie, en sa qualité de directeur général de la Santé du ministère.

Il sert cependant de rappeler que ce même Jérôme Salomon avait été licencié de l’Institut Pasteur en 2013, où il était Directeur général. Son exclusion était sur fonds d’accusations calomnieuses de harcèlement sexuel, de corruption, de menace de mort, de pédophilie, de zoophilie et de sadomasochisme, portées contre un collègue inconnu. Cela ne peut pas s’inventer.

Salomon a été depuis recruté par la précédente ministre du gouvernement Macron. Depuis l’avènement de la Covid-19, le porte-parole autoproclamé a fait de la critique de Dider Raoult son pain quotidien. Si Didier Raoult n’hésite pas à afficher son mépris à l’égard des journalistes français et une bonne partie de ses confrères scientifiques, ce n’est donc pas sans raison.

Des prises de position pour les causes justes

De prime abord, Didier Raoult a fait la une des journaux au vu de sa position qui minimisait les dangers de la pandémie. Et pour ce que ça vaut, selon les statistiques de l’Organisation mondiale de la Santé, la Covid-19 n’est pas sur la liste des 10 maladies plus létales au monde, c’est la 16e maladie plus contagieuse et les coronaviridae additionnés sont la 13e cause planétaire de mortalité par maladie en 2020.

On ne peut donc que très difficilement imaginer Raoult, un éminent professeur, être lynché pour son analyse réaliste de la Covid-19. Toutefois, il a surtout été critiqué pour ses prises de position scientifiques et politiques. Des années durant, il a défendu la liberté de port du voile en France et a mis en doute les théories alarmistes sur le réchauffement climatique. Raoult a aussi critiqué les restrictions sur l’octroi de visas pour les étudiants et chercheurs africains. Il a souvent affirmé que les étrangers forment une majorité des thésards, des chercheurs et des médecins en France. Pas plus tard que le 20 avril, Didier Raoult a déclaré : « Les meilleurs, les plus intelligents, les plus dynamiques, ce sont les Noirs et les Arabes ».

Une autre position qui lui a valu les griefs de l’Occident a été sa critique des probiotiques. Selon Raoult, les yaourts et les boissons lactées aux probiotiques causeraient l’obésité. S’en est suivie une attaque des grandes enseignes des produits laitiers. Raoult a réussi à prouver une prise de poids de 15 à 30 % chez les animaux nourris aux probiotiques. Cette découverte a poussé notamment le géant Danone à effectuer des retraits publicitaires. Mais à cause de cette révélation, Raoult avait aussi été interdit de publier dans les revues de la Société américaine de microbiologie.

Quitter la version mobile